Aaron Kosminski

 

Né en 1864 en Pologne, il aurait fui les persécutions russes sur les juifs en 1882 pour venir s’établir en Angleterre. En juillet 1890 il fut envoyé en traitement à l’infirmerie de Mile End. Sur les registres d’admission, il est fait mention de folie depuis 2 ans. Pourtant il sera mis à la garde de son frère 3 jours plus tard. En 1891, il est admis à l’infirmerie de Greenfield Street, puis interné à l’asile de Colney Hatch. D’après certaines connaissances, il trainait dans les rues, ramassait les bouts de pain et les mangeait, ne se lavait jamais et buvait de l’eau insalubre. Il mourut en 1919. On ne sait pas grand-chose sur sa vie, si ce n’est qu’il était barbier et qu’il exerçait dans le quartier de Whitechapel.

En 1890 un témoin dit avoir aperçu Kosminski avec une des victimes dans une position plus que suspecte, et le désigne sans aucun doute d’après une identification. Malheureusement peu de temps après il se rétracte et refuse de témoigner.  Ce même suspect apparaît également dans le fameux memorandum de Mc.Naghten en 1894, qui écrivit : je cite « Il avait une grande haine des femmes et de fortes tendances à l’homicide ». L’assistant du haut commissaire Sir Robert Anderson indique également dans ses mémoires, qu’il fut le seul suspect identifié, mais qu’aucune suite judiciaire ne fut mise en place, puisque le témoin se rétracta. Enfin l’inspecteur chef Swanson indiqua au stylo dans la marge d’une copie du mémoire d’Anderson qu’il s’agissait de Kosminski, qui avait été interné juste après les meurtres, et qu’il était décédé peu de temps après. Seulement gros problème, Kosminski a vécu jusqu’en 1919. Donc, où Swanson s’était trompé de nom, où il avait eu de mauvaises informations… !!! Curieux, non ?

Le problème de la culpabilité de Kosminski est qu’il n’était pas réputé violent ni hargneux avec les femmes. Certes il avait des crises de schizophrénie, mais qui ne le rendait pas méchant, d’après les rapports de l’asile de Colney Hatch. Sa sœur a même indiqué qu’il l’avait menacé une fois avec un couteau, mais sous l’effet de l’alcool et dans un état de désespoir et non de violence. Kosminski était en fait un pauvre type complètement désemparé et qui vivait dans son monde, mais certainement pas un tueur en série calculateur et rapide. Enfin il y a l’ambigüité du rapport de Swanson. Nous y reviendrons ultérieurement… !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site