Francis J. Tumblety

 

Né en 1833 probablement en Irlande (rien n’est confirmé). Les premières traces de Francis Tumblety apparaissent en 1845 à Rochester dans l’état de New-York, où d’après un témoin entendu en 1888, il vendait de la littérature pornographique aux passagers du canal qui liait Rochester à Buffalo. En 1850, il quitte la ville et suit un certain Dr.Lispenard, pharmacien de mauvaise réputation. Tumblety devient alors un pseudo médecin qui vend un faux médicament avec succès, puisqu’il devient riche, extravagant et qui plus est, grand menteur. En 1857, il est arrêté pour avoir tenté d’avorter une prostituée, mais est relâché, suite à un arrangement douteux. Il poursuivit sa vente de médicaments au Canada, jusqu’à la mort d’un de ses patients. L’autopsie révéla que le défunt était décédé des mauvais traitements de Tumblety. Il fut condamné, mais réussit à s’enfuir aux Etats-Unis. On retrouva sa trace à Washington pendant la guerre civile, où il réussit à se faire reconnaitre par la fraternité des médecins. Plusieurs témoignages de l’époque affirment que Tumblety vouait une haine sans bornes aux femmes et possédait un petit musée des horreurs remplis de bocaux d’organes génitaux féminins. Sa haine provenait, semble-t-il, de l’adultère d’une femme qu’il avait aimé, et qui aurait été en fait une prostituée.

En 1865, il semblerait avoir été impliqué dans l’assassinat du président Lincloln dans le Missouri, mais il a toujours clamé son innocence et fut liberé. Il repartit vendre ses médicaments dans plusieurs villes des Etats-Unis, jusqu’en 1888, date à laquelle il serait venu à Londres. On spécule qu’il aurait été le fameux locataire du 22, Batty Street. Le 19 novembre 1888, Tumblety est arrêté pour des motifs de nature sexuelle, notamment prostitution et homosexualité. Sa caution est payée par deux personnes, et juste avant sa comparution devant la cour criminelle, il réussit à prendre la fuite en France, puis retourne aux Etats-Unis. Il fut aperçu en 1889 à New-York, puis disparut de la circulation jusqu’en 1903, date de sa mort à St-Louis.

D’après sa biographie, on peut aisément comprendre qu’il fut suspecté pour les meurtres de Whitechapel. Cependant à l’époque, Scotland  Yard n’avait pas tous ces détails sur Tumblety, et s’était surtout basé sur sa personnalité et sur les témoignages recueillis, qui correspondaient assez à ce cher docteur.

En fait son nom est ressorti des oubliettes en 1993, lorsque Stewart Evans mit la main sur un document du chef de la Police secrète J.G Littlechild de 1913, et authentifié d’époque, qui mettait en cause le Dr. Tumblety. Il ajoutait dans ce document, que Scotland Yard possédait un bon dossier sur lui. Malheureusement ce dossier demeure introuvable. On sait entre autre que Scotland Yard cherchait également un étranger d’origine, d’après les témoignages d’époque. Ensuite, on sait d’après certaines sources que des enquêteurs furent envoyés aux Etats-Unis à la fin de l’année 1888. Était-ce pour rechercher Tumblety ? Rien n’est moins sûr ? Enfin, des meurtres presque identiques à ceux de Jack ont été recensés à l’ouest du pays et à Managua en Amérique centrale, sans qu’aucun suspect ne soit arrêté.

Il est clair que Tumblety apparaît comme un suspect idéal, cependant deux petites choses cloches dans cette éventualité. Tout d’abord, on ne peut pas certifié qu’il était bien à Londres et à Whitechapel au moment des meurtres, et deuxièmement, on sait que Tumblety avait des penchants homosexuels. En règle générale, ce genre de meurtriers s’attaquerait probablement plus facilement à des personnes du même sexe. Enfin Tumblety ne confessa jamais ces crimes, même sur son lit de mort.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×