Modus Operandi

 

Le mode opératoire de Jack l'Eventreur a longtemps été une source de polémiques. De nombreuses choses érronées ont été publiées sur son approche des victimes. Contrairement à ce qui a souvent été présumé, Jack ne tuait pas ses victimes par égorgement, à l'exception de Marie-Jane Kelly. En fait, si l'on se réfère aux rapports d'autopsie et de police, ils démontrent qu'elles n'avaient pas les habits dégoulinant de sang, bien au contraire. Ce qui n'aurait pas pu être possible si elles avaient été vivantes au moment de l'égorgement. De plus dans deux cas, les médecins légistes ont pu constater des marques cylindriques au dessous de chaque côté de la machoire, et qui, d'après ceux-ci, s'apparentent étrangement à des pressions faites par les doigts. Ce qui nous amène à penser que Jack étranglait ses victimes jusqu'à ce que mort s'en suive.

Il est fort probable qu'elles furent étranglées au moment où elles levaient leurs jupes ou leurs robes pour attirer les faveurs du client. Les mains étant occupées, Jack pouvait s'attaquer à ses victimes soudainement sans qu'elles puissent réagir. Il est tout aussi possible que le tueur ait pu les surprendre par derrière et les étrangler, cependant comment expliquer alors les marques sur le cou.

Il est établi qu'à partir du moment où elles avaient expiré, Jack ne les a pas laissé tomber comme de vulgaires sacs de patates, puisqu'aucunes ecchymoses ou fractures n'avaient été relevées sur les crânes des victimes.

Au sol, le tueur tournait légèrement le tête de la défunte et entreprenait l'égorgement, afin que le sang s'écoule sur le sol et évite de trop souiller les vêtements de la victime et les siens. Il est clair que dans ce cas de figure, le meurtrier évitait des giclées de sang lorsqu'il sectionnait la carotide. Les médecins pressument que le tueur était probablement gaucher, ce qui n'est pas totalement établi. Tout dépend de la position du tueur face à sa victime. Mais si on se réfère à la découverte du corps de Marie-Jane Kelly dans son lit, on peut le supposer. Le tueur aurait pu difficilement se situer à gauche du corps, à cause du mur, à moins d'avoir été à cheval sur la victime, ce qui est peu probable. Une fois le sang écoulé suite à l'egorgement, le meurtrier entreprenait sa maccabre entreprise de mutilation.

Certaines hypothèses parlent également de masturbations et de pénétrations, ce qui est totalement faux. Aucune trace de sperme n'a été trouvée sur les victimes. De plus les crimes se sont passés dans un laps de temps beaucoup trop court pour que le tueur se permette ce genre de choses. Il est établi que Jack n'aurait pas passé plus de 20 minutes avec ses victimes, sauf avec Marie-Jane, où il est probable qu'il soit resté près de deux heures avec la défunte.

Il est pratiquement certain que le tueur ait utilisé un couteau et un scalpel. Le couteau pour l'égorgement et l'éventrement, le scalpel pour les prélèvements, l'éviscèration et les mutilations. Il est peu probable qu'il se soit baladé avec cette fameuse saccoche tant décrite, puisque tous les témoignages recueillis ne parlent en aucun cas d'un homme avec une saccoche, ni de chapeau haut de forme, et encore moins de cape....!!! Tout ceci n'est que pûre fiction !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site